Dans un courrier adressé à La Ministre de l’Intérieur, Jacqueline Gourault lui a fait part desinquiétudes et des interrogations des élus locaux concernant la réorganisation des services del’Etat au niveau départemental suite à l’annonce le 15 septembre dernier dans la pressequ’une « quinzaine de sous-préfectures seront proposées à des conseillersd’administration ».

Cette annonce, qui fait suite à l’arrêté ministériel du 25 juin dernier dressant uneliste de 115 postes de sous-préfets d’arrondissement susceptibles d’être occupés pardes conseillers d’administration de l’intérieur, suscite de nombreuses interrogationsde la part des élus.
Ils craignent, en effet, de voir disparaître cet échelon de proximité des services del’Etat. En particulier dans le Loir-et-Cher où les deux sous-préfectures, Vendôme etRomorantin-Lanthenay, sont concernées.

Le rôle de médiateur du sous-préfet est important, en particulier dans les zones rurales, oùil est le garant de la neutralité de l’Etat.
La sous-préfecture représente aussi une aide précieuse pour les maires ruraux qui n’ontpas toujours les services techniques et juridiques suffisants pour assumer leurs missions.
Leur présence est donc un atout dans le système administratif français.

C’est pourquoi, Jacqueline Gourault a demandé des précisions quant aux intentions de laMinistre  sur la réorganisation de services de l’Etat, en particulier dessous-préfectures, et de rassurer les élus sur la volonté du Gouvernement de conforter la présencede l’Etat partout sur le territoire.

    Laissez une réponse

    • (Se sera pas publier)