L’Assemblée nationale avait, en effet, adopté un article tendant à plafonner à 200.000 euros lemontant des déficits et charges imputables sur le revenu global au titre des monuments historiquesnon ouverts au public
Jacqueline Gourault se réjouit qu’un amendement de la Commission des finances du Sénatvisant à la suppression de ce dispositif, conforme à son souhait, ait été adopté.
Le seul élément nouveau est le conditionnement de ce dispositif à la conservation du bienpendant 15 ans. Les monuments historiques, fussent-ils même privés, font partie de notre richessenationale et leur entretien concourt donc à la mise en valeur de ce patrimoinehistorique.

 

    Laissez une réponse

    • (Se sera pas publier)