« Poser pour préalable qu’il y a trop d’élus et qu’ils dépensent trop n’est pas la bonne méthode »

 » Jacqueline Gourault, sénatrice (MoDem), co-auteur du rapport « Faire confiance àl’intelligence territoriale » :

La réforme est nécessaire, approuve-t-elle. Tout en déplorant l’absence d’une «vision d’ensemble de la réforme. On va parler de la réforme de la taxe professionnelle […]avant même de savoir comment s’articulent les compétences entre collectivités, puisque cette loi nesera pas examinée avant 2011. »

Elle craint en outre une « recentralisation » du rôle du préfet ou du mode derépartition de l’ « impôt économique » qui se substituera à la taxe professionnelle : « Où sont leslibertés locales, où est l’autonomie fiscale des collectivités territoriales ? »

Le scrutin cantonal ? « Il fallait réformer », dit Jacqueline Gourault. « Maiscomment le texte garantira-t-il le respect du pluralisme et de la parité ? », interroge-t-elle. Unregret : « Nous sommes prêts à participer à l’effort de la Nation. Mais nous, élus locaux, nousvotons nos budgets en équilibre… » « 

    Laissez une réponse

    • (Se sera pas publier)