« Rénover le dialogue entre l’État et les collectivités territoriales : une nécessité pour une démocratie apaisée »

Les dernières réformes ont révélé la détérioration des relations entre l’État et les collectivitésterritoriales. Au climat de confiance nécessaire dans une République décentralisée, se substitueaujourd’hui un climat de défiance entre les deux partenaires, ce qui s’avère néfaste pour laqualité des politiques publiques mises en oeuvre.

Or, parallèlement à la mise en oeuvre de la décentralisation et à l’approfondissement de ladéconcentration, plusieurs instances de dialogue entre l’État et les élus locaux ont étéinstaurées. Leur bilan mitigé renforce l’idée selon laquelle l’efficacité de telles instances estperfectible.

Le rapport de Jacqueline GOURAULT et de Didier GUILLAUME, établi au nom de la délégation duSénat aux collectivités territoriales et à la décentralisation, explique les raisons de ce dialogueimparfait et préconise plusieurs orientations pragmatiques pour améliorer la qualité des relationsentre l’État et les élus locaux. Bien que seule une véritable culture du dialogue permette de nouerun « contrat de confiance » entre l’État et les collectivités territoriales, la mise en oeuvre deces recommandations vise à apaiser les tensions actuelles.

    Laissez une réponse

    • (Se sera pas publier)