JACQUELINE GOURAULT INTERVIENT SUR L’EDUCATION par mouvementdemocrate
La sénatrice MoDem a tiré le signal d’alarme sur la dégradation de l’Education nationale avecles réductions d’effectifs et appelé à « une sanctuarisation » des moyens pour préserver « l’avenir dela Nation ».

« Nous sommes face à un double enjeu »: celui de « la formation des élèves, avec lessuppressions de postes annoncées pour la rentrée 2011″, et celui de « la formation des maîtres »,dont le récent rapport Jolion a dressé « un constat négatif », a-t-elle résumé.

« On nous annonce 16.000 suppressions de postes et 1.500 suppressions de classes alors qu’onattend parallèlement 5.000 élèves supplémentaires », souligne-t-elle.

Graves difficultés pour la rentrée 2011

Jacqueline Gourault prédit en conséquence de « graves difficultés » pour la rentrée 2011 avec »une augmentation d’élèves par classe », « des professeurs malades non remplacés et, en milieu rural,des suppressions de classes entraînant des fermetures d’écoles ».

Rappelant que 50.000 postes ont déjà été supprimés depuis 2007, la sénatrice lance un crid’alarme estimant que l’on est arrivé « au bout d’un système » de gestion « comptable » del’enseignement en France.

« L’ensemble des réductions de postes (66.000) ne représentent « que 400 millions d’économie ». »C’est trois fois moins que le bouclier fiscal et c’est désuet par rapport à l’enjeu éducatif »,fait-elle valoir.

Mélanger deux formations n’est pas une bonne idée

« On sacrifie ainsi des fondamentaux de l’éducation, comme la maîtrise de la langue, etchacun sait que lorsqu’on ne forme pas sa jeunesse, c’est l’assurance de dépenses sociales à lasortie », souligne l’élue centriste.

« Le rapport de Jean-Michel Jolion, sur la « masterisation » (récemment remis à ValériePécresse, ndlr), a par ailleurs montré que mélanger deux formations – la préparation au concoursd’enseignant et le travail de recherche universitaire – n’est pas une bonne idée. Il faudra revenirsur cette décision », estime-t-elle.

« L’éducation nationale doit être sanctuarisée car c’est l’avenir d’une nation qui est enjeu », conclut-elle.

    Laissez une réponse

    • (Se sera pas publier)