« La fédération d’intercommunalités est une bonne idée mais pas dans l’immédiat » Lire l’interview de Jacqueline Gourault dans Maire Info
Edition du 25 Septembre 2014

A la veille des élections sénatoriales, la sénatrice du Loir-et-Cher et présidente de la délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et à la décentralisation, juge « inévitable » le changement de majorité politique au Sénat. Egalement vice-présidente de l’AMF et présidente de sa commission intercommunalité, elle explique à Maire info que l’hypothèse de remplacer les conseils départementaux par des fédérations d’intercommunalités est « une bonne idée, » à condition toutefois d’attendre que l’intercommunalité soit aboutie.

Le projet de loi relatif à la délimitation des régions a été adopté en première lecture par la seule Assemblée nationale. Quel regard portez-vous sur la nouvelle carte dessinée par les députés ?
Les députés ont fait preuve d’un certain bon sens en rapprochant par exemple les régions Poitou-Charentes et Aquitaine même si je pense qu’en réalité, la Charente et la Charente-Maritime sont à l’évidence en Aquitaine, cela est peut-être moins évident pour la Vienne qui aurait pu, par exemple, se tourner vers les Pays-de-la-Loire. Il est toujours extrêmement difficile de faire des cartes régionales. Cela peut être simple parfois comme dans le cas des deux Normandie où des élus se battent depuis longtemps pour réunifier leurs deux régions. Se posent aussi des problèmes politiques comme pour la fusion envisagée de la Picardie et du Nord. Ce rapprochement semble assez logique en termes géographiques, même si la Picardie est composée de départements qui regardent eux-mêmes vers des directions différentes, la Somme vers le Nord-Pas-de-Calais et l’Oise vers la région parisienne. Mais l’angoisse du poids du Front national en Picardie venant renforcer son poids dans le Nord fait que certains disent qu’il est impossible de réunir les deux régions. Doit-on redessiner les cartes en fonction de critères comme celui-ci ? C’est un vrai sujet.

Après avoir rendu une copie blanche sur cette partie de la réforme territoriale, comment le Sénat peut-il désormais faire entendre sa voix en deuxième lecture, sachant que les élections de dimanche devraient aussi changer la donne politique ?
Justement, lors de la première lecture, la période préélectorale n’a pas été étrangère au fait que l’on rende une page blanche. Il est inévitable que le Sénat change de majorité. Cela va se faire et peut-être que l’expression de certains va se responsabiliser d’avantage.

Cette deuxième lecture au Sénat est-elle confirmée ?
Oui, elle est confirmée et elle aura lieu vraisemblablement avant la première lecture du deuxième texte sur les compétences. On peut regretter qu’on ne commence pas par les compétences d’une manière globale, mais à partir du moment où il y a eu une première lecture au Sénat et à l’Assemblée nationale, il me semble logique que l’on termine cette loi sur le découpage des régions avant de commencer la seconde.

Lire la suite de l’interview

    Laissez une réponse

    • (Se sera pas publier)