COP 21, le Sénat s’engage!

Alors que la COP 21 vient de débuter à Paris, le Sénat, en tant que représentant des territoires, valorise l’action des collectivités engagées en matière de lutte contre le changement climatique :

• La première concerne la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable, présidée par Hervé Maurey, qui a ainsi mené un travail de fond pour valoriser les actions menées par ces collectivités territoriales, tant à leur échelon qu’à l’échelle internationale, via la coopération décentralisée.

En effet, les collectivités territoriales ont su mettre en oeuvre, depuis les années 1990, des actions de toutes natures qui permettent à la France de se présenter comme un pays actif et efficace en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Dans le cadre de la surveillance de la qualité de l’air, je voudrais d’ailleurs rappeler ici le rôle fondateur des élus locaux dans la mise en place de réseaux scientifiques de mesure de la pollution atmosphérique.

• De plus, la Délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et à la décentralisation a souhaité contribuer au succès de la conférence Paris sur le climat par la mise en valeur des bonnes pratiques des collectivités territoriales dans la lutte contre le changement climatique.
Dans leur rapport, les sénateurs insistent sur « le rôle essentiel des collectivités dans la transition énergétique ». Ils souhaitent contribuer au succès de la diplomatie française en faisant connaitre les actions emblématiques déployées dans les territoires au service de la diminution de l’empreinte carbone.

• Par ailleurs, le Sénat a crée, en mars dernier, une Commission d’enquête sur le coût économique et financier de la pollution de l’air qui a formulé 61 propositions pour améliorer la qualité de l’air.

• Enfin, le travail novateur de l’ancien Marcel Deneux, ancien sénateur de la Somme, a été dernièrement salué. Il avait, dans un rapport de 2002 sur les changements climatiques, formulé des recommandations qui sont toujours d’actualité.

Au-delà de l’engagement du Sénat et des collectivités territoriales pour la COP21, les dernières inondations meurtrières dans le sud rappellent à quel point les questions des enjeux climatiques et de l’urbanisme raisonné sont d’actualité.

Il est souhaitable que la COP21 aboutisse et que soit trouvé un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C.

    Laissez une réponse

    • (Se sera pas publier)