Orthophonistes : l’autorisation d’exercer dans le privé ne doit pas être une réponse au déficit de rémunération

Jacqueline GOURAULT a interpellé le gouvernement sur la situation des orthophonistes dans le Loir-et-Cher, lors de la séance des questions orales au gouvernement de ce mardi 11 octobre.

La sénatrice a soulevé un problème récurrent rencontré dans de nombreux territoires : la désertification des postes d’orthophonistes par manque d’attractivité, pointant en particulier la situation en milieu hospitalier, extrêmement préoccupante.

Elle a ainsi rappelé que :

« Les orthophonistes ont un diplôme reconnu depuis 2013 à bac+5, niveau master, mais les salaires sont aujourd’hui encore à un niveau bac+2 et le gouvernement n’envisage qu’un nivellement à bac+3. »

La révision des grilles salariales devient ainsi une urgence car :

« La disparition des orthophonistes du paysage hospitalier dégrade l’égalité d’accès aux soins des patients. »

Face à la réponse non satisfaisante du gouvernement,  Jacqueline GOURAULT a conclu :

« L’autorisation d’exercer une activité mixte, en milieu hospitalier et dans le privé, ne doit pas être une réponse au déficit de rémunération dans le milieu hospitalier. Si l’on veut garder nos orthophonistes en milieu hospitalier, il faut avant tout que leur niveau de rémunération concorde avec leur niveau de formation. »

    Laissez une réponse

    • (Se sera pas publier)